Repenser l’engagement pour l’avenir du mouvement par Hassan Charraf - Janvier 2013

Si le CJD n’existait pas, nous aurions aujourd’hui toutes les raisons de le créer. Car nous nous trouvons dans la même situation que celle que les fondateurs du CJP (Centre des jeunes patrons) ont rencontrée en 1938.

Ces fondateurs étaient d’abord des « militants », des hommes et des femmes qui, à un moment donné, ont été capables de repenser leurs engagements en vue de redonner du sens à leurs actions.

Oui, nous sommes des jeunes dirigeants, des militants totalement engagés dans leur volonté de changement et pleinement conscients que les solutions restent à inventer parce qu’elles ne sont encore écrites nulle part.
Nous aspirons à un état d’esprit réinventé, un effet de volonté, une qualité de l’imagination, une intensité de l’émotion, une victoire du courage sur la timidité, un goût de l’aventure sur l’amour du confort. Nous ne déserterons pas notre idéal. Nous sommes des jeunes dirigeants.
Ce refus d’abandonner notre idéal nous amène naturellement à la volonté d’agir. Le combat pour une économie au service de l’homme est resté au centre de l’action du CJP, puis du CJD, depuis la naissance du mouvement. Car les convictions qui nous animent n’ont pas pris une ride depuis plus de soixante dix ans. Pourtant, s’il importe que nous restions fidèles à ces valeurs fondatrices, c’est aussi sous des formes sans cesse réinventées qu’il convient de réaffirmer notre engagement.

Dans un monde où la visibilité du futur s’obscurcit, l’avenir ne s’envisage plus dans la sérénité mais dans des tensions qu’il faut apprendre à contrôler pour ne pas être envahi par des dérèglements excessifs ou par des décisions fébriles. A un moment où les certitudes se font rares et où les repères se déplacent à toute vitesse, il faut apprendre à cohabiter avec l’insolite et l’imprévu. Le défi qui nous attend est celui de repenser l’engagement de chacun.■

CJD MAROC